ENTREE, PLACE, DESSERT

2ème PRIX : CATEGORIE GENERATION MALS XXIè AU CONCOURS LA MAISON ALSACIENNE DU XXIè SIECLE

 
 

Comment faire village ? Comment faire projet ? Comment créer un cœur de village ?

C’est en questionnant la manière dont le projet architectural émerge que nous souhaitons proposer la transition sociale dont les petits villages ont tant besoin. Ainsi nous proposons de replacer l’acte constructif et le projet construit comme un vecteur de rencontre et de discussion au service du vivre-ensemble dans le village. Ici la question du patrimoine est avant tout culturel et humain avant d’être bâti.

 
Frise.jpg
 

Notre projet commence par une rencontre. Celle de Claudine, habitante de Siewiller, que nous croisons lors d’une enquête de terrain. En quelques minutes, nous sommes conquis. Une dynamique hors norme, des envies de construire des projets avec les autres habitants et commerçants du coin, un besoin de partager ses savoirs-faire et ses recettes et un rêve d’ouvrir une épicerie vendant les produits locaux.

Il ne nous en fallait pas plus pour nous convaincre que le projet se ferait par les habitants, et notamment par la cuisine. Avec Chloé Le Mouël, doctorante en architecture / anthropologie et Rémi, Camille et Robin de l’Atelier NA, nous nous lançons sur un projet de cantine solidaire, prétexte à la concertation habitante et l’élaboration d’un projet commun réaliste et accepté.

 
 
 

Avec la construction de 10 logements pour seniors au centre du village, la mairie pose la question du cœur du village et de la revitalisation de celui-ci. Comment faire vivre ce nouveau cœur du village ? Comment créer un projet de vie désirable pour les futurs habitants et quel type d’habitat et de services pour ceux-ci ? Pour répondre à ces questions, ce projet propose de mettre les habitants du village et des environs au cœur de cette démarche en les associant via un processus participatif en amont du projet architectural. Notre démarche s’appuie donc sur le patrimoine vivant en mettant à l’honneur les habitants, leurs savoir-faire et les productions locales.

Pour cela nous proposons un processus en plusieurs étapes, permettant de concevoir petit à petit le projet avec les habitants et d’inclure au mieux les savoir-faire et dynamiques existantes. Ce processus prendra comme point d’entrée les savoir-faire culinaires et la cuisine, besoin commun des personnes âgées mais aussi des écoliers, un terrain d’entente pour tous ! Alors pour construire un nouveau cœur de village et comprendre au mieux leurs attentes, passons à table !

 
 
 
Double3.jpg
 
 
 

Etape 1. La place des charpentiers :

Activer la place publique pour sensibiliser les habitants au projet et faire émerger un réseau d’acteurs
Anciennement, la place des charpentiers était utilisée pour construire les charpentes au sol avant de les monter. Symboliquement, nous commençons donc par réhabiliter la place publique comme entrée dans le projet afin de s’en servir comme espace public, ingrédient de base pour la suite du projet, faisant écho à la manière dont le charpentier l’utilisait pour réassembler sa structure.

La première étape commence donc par un chantier collectif, ouvert à tous ceux qui le souhaitent et agrémentés de différents ateliers et événements festifs. Pendant le chantier, la place est aménagée avec des essences locales, une aire de jeu et un four à pain. Elle devient ainsi une réelle place publique, lieu de rencontres et de discussions, première étape physique d’un réel dialogue citoyen. Sur celle-ci les savoir-faire et les habitants se rencontrent, notamment autour des nombreuses recettes alsaciennes pouvant être cuites autour d’un four à pain de la nouvelle place. Durant ce chantier, de nombreux liens sont créés ; le chantier est prétexte à la rencontre. On va chez Pfordt Béton pour se fournir en agglos, rencontre la céramiste du village pour créer des plats ou des tuiles pour le four à pain. Des éléments de patrimoine sont réutilisés, de vieilles pierres ou poutres trouvent une nouvelle vie dans cette place. Afin de créer le menu des grands repas collectifs, tout le monde est mis à contribution pour trouver les meilleurs ingrédients du village.

 

Etape 2 – La cantine intergénérationnelle
Regrouper les savoir-faire locaux liés à la cuisine pour créer des activités à destination des habitants et attirer des acteurs souhaitant s’impliquer dans le projet.

La deuxième étape est celle de la cantine et du vivre-ensemble. Ouverte à tous, elle permet de valoriser les productions locales (dons des potagers, producteurs locaux ...) afin que ceux-ci soient dégustés par les enfants du village, qui ne disposent plus de cantine à Siewiller. Lieu intergénérationnel, elle propose aussi des repas, et notamment aux séniors afin de leur offrir un nouvel espace de socialisation et une occasion de sortir de chez eux. Ainsi elle permet d’éviter l’isolement de ceux-ci et crée un espace de rencontre intergénérationnel où les différentes générations échangent et transmettent leur savoir-faire. C’est aussi un moyen de rencontrer les potentiels futurs habitants du projet venant du village ou d’ailleurs.

Lieu support des différentes initiatives citoyennes et activités des habitants, c’est aussi le lieu central de la démarche participative. Les différents ateliers et réunions sur le devenir du bâtiment s’y déroulent. Ceux-ci et l’ensemble des activités proposées permettent de faire parler du futur projet le faisant rayonner dans les villages alentours. Ainsi, il permet d’attirer des dynamiques extérieures et propose aux acteurs du territoire de se manifester pour faire vivre le futur lieu. A la fin de cette étape, un appel à candidature est lancé pour constituer le futur groupe de projet, qui vivra et animera le cœur du village.

 

Etape 3 – La maison du village

S’appuyer sur l’intelligence collective et les expériences communes passées pour co-concevoir le projet architectural et sa programmation.

Une fois un groupe de projet établi, la phase de co-conception est lancée. S’appuyant sur les besoins ciblés durant les deux premières étapes mais aussi sur les différents acteurs rencontrés au cour de celles-ci, le projet est alors créé avec ses futurs habitants en concertation avec l’architecte et le promoteur. Différents ateliers de co-conception sont organisés dans une ambiance conviviale permettant de comprendre les enjeux des seniors et des autres habitants afin de mutualiser leurs besoins avec ceux du reste du village. Les différents ateliers et temps de débat permettent de créer des synergies au sein des futurs habitants et porteurs du projet, afin de créer un cœur de village où tout le monde se retrouve. Ainsi les ateliers permettent de co-construire une mixité programmatique et sociale utile à tous via des espaces partagés comme la cantine ou le jardin.

Lors du chantier, des moments conviviaux et chantiers collectifs sont organisés afin de sensibiliser autour des techniques de construction et savoir-faire traditionnels et ainsi transmettre ceux-ci. De nombreux ateliers sont organisés, pour les petits et les grands, comme la fabrication de tuiles en queue de castor ou la création de torchis pour les murs.